Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Aujourd'hui, envie de vous livrer mes impressions sur le dernier polar que j'ai lu. J'en lis très régulièrement, et même si je suis très fidèle à mes auteurs fétiches, j'aime découvrir de nouvelles plumes car les artistes sont légion dans ce genre. Cette fois-ci, mon choix s'est porté sur ce premier roman d'une suédoise (les suédois sont les maitres du polar, à mon avis), Carin GERHARDSEN, et c'est aussi le premier tome d'une trilogie.

DSCF1272

 

"La Maison en Pain d'Epice", c'est l'histoire d'une vengeance terrible qui a mis 30 ans à s'organiser; une vengeance imaginée par un esprit malade et faconné par les sévices subis durant son enfance. On découvre la cruauté des enfants, et surtout les conséquences que peuvent avoir sur un cerveau fragile le rôle de souffre douleur à l'âge où la personnalité se construit. Le sujet est passionnant.

 

Mais autant le dire tout de suite, je n'ai pas été subjuguée. J'ai passé un bon moment, j'ai pris plaisir à le lire. Mais.... Peut être manque t'il un peu de subtilité... Le style m'a paru parfois un peu facile, j'aurais aimé entrer davantage dans la psychologie des personnages. J'ai eu l'impression de rester en surface trop souvent. J'aurais aimé pénétrer davantage l'univers des victimes, et surtout décortiquer le mécanisme qui a conduit cet enfant martyre à devenir bourreau. C'est dommage... Mais il ne s'agit que de mon avis, et si vous l'avez lu, je serai curieuse d'avoir vos avis. Bonne lecture!

 

"Thomas est à nouveau installé à sa table de cuisine. Et comme toujours, il regarde par la fenêtre en rêvassant. Pourtant, tout a changé. Quelque chose de terrible est arrivé: quatre personnes qu'il a connues ont été assasinées. Quatre personnes qui ont eu des vies différentes, heureuses ou malheureuses, difficile à dire.

Mais une chose est sûre: aucun d'eux ne voulait mourir ni ne méritait de mourir si jeune et de manière si brutale. Bien sûr ils ont commis des actes horribles, mais c'étaient des enfants, de tout petits enfants, qui ne comprenaient probablement pas le mal qu'ils commettaient. Des enfants qui, livrés à eux-mêmes, ont fait ce qui leur semblaitnécessaire pour conserver leur territoire et leur statut social." Carin GERHARDSEN, La Maison en Pain d'Epice - éd. Fleuve Noir

Tag(s) : #littérature