Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Réveillée très tôt ce matin (un samedi, ça ne me met pas en joie, mais bon...), et du coup j'ai dévoré les dernières pages du roman commencé quelques jours plus tôt. C'est pourquoi, encore habitée par cette histoire si dévorante comme la passion qu'elle raconte, je vous donne très vite mes impressions sur ce roman de Jean Marie ROUART de l'Académie Française.

DSCF1278

 

Le narrateur, qui nous préserve de son identité alors qu'il se livre sans fard et sans complexe, est un homme reconnu, mûr et ... certainement très seul. Seul avec son histoire, son désir de reconnaissance et de bonheur. Lorqu'il rencontre Héléna, plus jeune que lui, il est subjugué. Est ce un coup de foudre? Je ne crois pas. C'est une passion dévorante qui s'empare de lui. Il ne contrôle plus rien, il devient dépendant de cette jeune femme qui l'habite entièrement, qui le tient en vie au gré de ses visites. Il est en attente de ses caresses, de ses regards, il n'est heureux que lorsqu'elle lui témoigne son admiration. Et puis.... Je ne vous livrerai évidemment pas la fin de cette histoire si intense, si riche en description des désordres amoureux qui sont notre essence à tous. Mais ce roman m'a emportée; j'ai eu quelques difficultés à entrer dans l'histoire, puis, soudain, sans que je sache vraiment pourquoi, je me suis laissée embarquée par cet inconnu... Lisez le, vous y découvrirez sûrement un peu de vous, de l'autre, de la passion amoureuse...

 

"Pourquoi avais-je souffert? Pourquoi m'avait-elle fait souffrir? Nous n'étions que des pantins agités par des fils invisibles. (...) Nos lèvres si tièdes et si aimantes, que de blessures elles avaient été capables de nous infliger! Et pour quoi? Cette histoire finissaint dans l'horreur. De tous les romans que j'avais imaginés avec elle, c'était le seul que je n'avais jamais pu concevoir. J'avais pitié d'elle et de moi, de nous tous, de nos semblables qui jettent leurs bras vers des corpsaimés et se retrouvent à étreindre le vent." Jean Marie ROUART , La Guerre Amoureuse - ed. Gallimard

Tag(s) : #littérature