Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

thCAZMSSQ5

 

Et bien voilà... A l'heure où la course s'achève, ou les derniers raideurs ont franchi la ligne dérrivée, épuisés et fier, émus et fourbus, souvent cassés et amochés aussi, je viens vous livrer mon impression... Ma course à moi, mon émotion, mon frisson...

 

La course, je ne peux pas la faire, car je n'ai pas le courage sportif de ces hommes et de ces femmes qui sont capables d'abnégation, de dépassement de soi, de souffrances et de sacrifices hors normes. Alors je la vis autrement... Je la vis en étant aux côtés de ces gens. Nous restons des anonymes les uns pour les autres, et pourtant nous partageons tant l'espace d'un instant: un regard en tendant un gobelet de thé pour réchauffer le corps; un sourire au moment de l'arrivée au poste de pointage; une poignée de minutes à échanger quelques mots sur la course, sur le moment, sur le plaisir de se rencontrer... Il y a des moments aussi ou il faut donner l'envie de repartir, de ne pas abandonner. Parce que parfois, même s'ils sont extraordinaires, ils ont le désir fou d'arrêter de se malmener ainsi; parfois ils s'effondrent devant vous en pleurant parce que l'effort est trop: trop intense, trop éprouvant... Ils ont alors souvent juste besoin de notre regard bienveillant, de notre soutien et de nos paroles simples et réconfortantes. Notre fierté à nous les bénévoles elle est alors là, quand on a réussi à donner l'envie de repartir alors que l'abandon n'était pas loin...

 

Voilà comment je le vis le Grand Raid. Etre bénévole sur cette course, comme sur tant d'autres surement, c'est tout cela. C'est permettre aux coureurs qui avancent dans la solitude de soudain se rappeler que la vie c'est aussi partager... Et alors des émotions assez incroyables peuvent nous envahir l'espace de quelques minutes.

 

J'aime l'excitation des préparatifs avant l'ouverture du poste; j'aime la tension palpable des minutes qui précèdent le passage du premier coureur, tellement admiré; j'aime l'ambiance entre les coureurs qui parlent ensembles et avec nous, le temps de leur arrêt à nos côtés pour se restaurer un peu, se reposer, parler justement; j'aime aussi ces heures longues de la nuit où la fatigue des ces Hommes est encore plus visible sur les visages, où l'ambiance est si particulière....

 

Il faut bien avouer qu'à la fin, le ras le bol m'envahit tout de même: 40 heures sans dormir, cela fatigue, cela épuise même... Avant de partir enfin me coucher je la vomis cette course, je me dis que c'est la dernière fois que je fais un truc pareil... Mais, comme la première fois, je me dis quelques heures après que c'était trop beau pour ne pas avoir envie de recommencer...

 

Elle est magique cette course de 163 km avec des dénivelés impensables et des paysages à couper le souffle. J'imagine qu'elles le sont toutes quand elles sont aussi grandes; mais La Diagonale des Fous, cela reste tout de même un mythe auquel je suis fière d'avoir pu participer deux fois déjà... (Vous pouvez lire mes billets relatant mon exprience il y a deux ans - Le Grand Raid 2011   et  Mon Grand Raid 2011 )

 

Alors, en attendant une prochaine j'espère, je vous laisse avec quelques photos, quelques instantannés pris au fil de ces heures de folie. Je rends aussi hommage à ces hommes et ces femmes, qu'ils aient fini ou non, parce que leur défi est beau et incroyable.  Les amis dont je vous ai parlé lors de mon dernier billet -  Des Coureurs un peu Fous pour une Belle Cause - sont tous arrivés entiers, à l'exception de Stéphane qui a dû jetter l'éponge, mais n'a pas démérité. Ils sont incroybales, je les admire.

 

Vous pourrez également si cela vous intéresse, aller voir les photos de coureurs prises sur le vif et publiées sur le site local zinfo974 en cliquant sur les liens suivants link et link.

 

    la tenue du parfait bénévole P1020646

 

 votre aminaute déjà plus très fraiche mais toujours heureuse d'être là

P1020591

 

deux bénévoles, Régine et Emilie, dans l'attente de coureurs au poste de pointage 

P1020615

 

 

les coureurs arrivent au pointage

 P1020645

 

 les coureurs au ravitaillement, à un moment d'affluenceP1020634

 

 

 un groupe de bénévoles, Emilie, Aurélien, Charlotte et Robin en pleine préparation des crêpes qui ont été tant appréciées des trailersP1020642

 

la preuve en image, cette coureuse s'en régale, et nous on n'en revient pas!

P1020628

 

 la nuit, les coureurs arrivent au compte goutte, et l'atmosphère est si particlière, les visages plus fatigués, tout est plus lent... un moment assez magique...P1020618

 

 dans un coin derrière le poste de pointage, certains prennent le temps de retrouver des amis, de la famille, pour un massage, mais le regard et l'esprit ailleurs, au loin dans ces sentiers incroyables...P1020637

 

 parfois aussi, ils s'endorment, pour un instant, à même le sol, totalement exténués....P1020638

 

et puis il y a les champions..... voici François D'HAENE, le grand vainqueur de cette année..

P1020600

 

 Freddy THEVENIN, qui est passé en troisième position chez nous, mais à terminé à la deuxième place cette épreuveP1020611

 

 et le 3ème de cette année, Pascal BLANC, arrivé très peu de temps après THEVENIN, et qui avait pointé en deuxième position chez nousP1020601

 

 enfin, même s'il n'a fini que 22ème cette année à cause d'une blessure un peu après la mi-course, voici le chouchou de beaucoup d'entre nous, l'espagnol Killian JORNET, vainqueur l'an passé et exceptionnel de respect, de courage et de talent. P1020613

 

 

 

 

 

 

 

 

Tag(s) : #mon pt'it fouilli