Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

images[1]

Comme vous le savez surement, suite à un référendum organisé auprès de la population mahoraise en 2009, la jolie et très typique petite île de Mayotte est devenue département français d'Outre Mer.

 

Pour être voisin de La Réunion, nous sommes nombreux à bien connaitre ce petit joyau encore méconnu du monde en général et des métropolitains en particulier. Les plages couvertes de palmiers où pondent les tortues, les îlots de sables blancs, le lagon magnifiquement préservé car peu fréquenté (pour le moment, hélas..), les petits villages qui nous donnent le sentiment d'être dans la brousse africaine et pas en France... C'est cela Mayotte et c'est absolument magnifique. Pour y être allée, je peux en parler comme d'un petit bijou encore préservé du tourisme....

 

Malheureusement, aujourd'hui ce petit billet qui a débuté comme une balade touristique va vous livrer un constat choquant, alarmant, indigne même. Parce que si Mayotte est une île encore préservée du tourisme de masse et de la "dénaturation" souvent orchestrée par les promoteurs immobiliers et les grandes industries, elle est aussi préservée de l'intérêt médiatique que devrait susciter la situation de près de 4000 enfants....

 

De quoi je parle...

 

Comme je vous l'ai dis, pour être allée à Mayotte, en entendre parler souvent car beaucoup de Mahorais vivent à La Réunion (nous ne sommes qu'à 1 heure d'avion), avoir des amis Mahorais aussi, je connaissais le problème de l'immigration clandestine de l'île d'Anjouan, des Grandes Comores et de Mohéli , toutes proches de Mayotte. Ces quatre îles ont un passé commun, mais Mayotte a pris un chemin différent de ses îles soeurs en acceptant de devenir d'abord territoire à la fin des années 70, puis département français en 2009 donc. Mais la vie étant bien difficile dans les Comores, ses habitants font souvent le choix de tenter l'exil à Mayotte, et les clandestins sont en nombre conséquent. Des drames arrivent d'ailleurs très régulièrement dont on ne parle je pense jamais aux actualités nationales mais que nous, voisins, nous vivont souvent en direct: les naufrages de "kwassa kwassa", des barques rudimentaires qui traversent le canal du Mozambique et l'Océan Indien avec à leur bord des comoriens qui veulent tenter leur chance sur le sol français en venant à Mayotte. A chaque fois, se sont des morts qui sont à déplorer. Je ne vous apprends surment rien en vous disant que comme partout en France, des processus de reconduite à la frontière sont systmétiquement organisés à Mayotte auprès de ces populations. Ceci pourrait être l'objet d'un débat d'ailleurs, mais c'est aujourd'hui d'un autre problème qui me sensibilise beaucoup et qui est la conséquence de ces reconduites à la frontière faites un peu sans contrôle et sans beaucoup d'égard pour la dignité humaine et le droit des enfants que je veux vous parler.

 

En effet, même si j'étais au courant du problème d'immigration anjouannaise et plus généralement commorienne, je n'avais pas pris conscience d'un problème qui frappe Mayotte de plein fouet, et donc la France, pays civilisé et développé rappelons le: les enfant abandonnés. C'est un reportage vu aux informations locales (mais je sais qu'il est passé au niveau national également, peut être certains d'entre vous l'ont ils donc vu) et un lien vers un article web posté par une amie sur sa page facebook qui m'ont ouvert les yeux (merci Patou). Je vous mets en bas de billet le lien vers cet article qui reprend les propos de l'ancien Président du Conseil Général de Mayotte, M. Said Omar Oïli, qui depuis 2008 alerte les autorités françaises sur ce problème.

Ce que dit cet homme fait froid dans le dos, et le reportage visionné cette semaine n'a fait que le confirmer en en donnant la preuve par l'image. En 2008 en effet, la Préfecture de Mayotte publiait le chiffre de 173 enfants "sans référent légal" sur l'île suite à des reconduite à la frontière des parents en situation irrégulière. En 2011, 2 ans après la dépatementalisation donc, ce chiffre est passé à 4000 pour une population totale estimée à 200000 habitants.... Cela laisse sans voix. La situation semble dépasser sur place les professionnels de l'enfance et de la protection sociale, ce dont on ne peut être étonné vu qu'ils le sont déjà en métropole et dans notre île. Pas de moyens pour agir, pas de concertation entre les services de l'Etat, et des enfants qui errent dans les rues, n'ont aucune famille, ne connaissent même pas leur âge et la langue française.

C'est effarant....

 

Aujourd'hui, je crois que la France ne peut pas, au sein de son territoire, en rester aux simples constatations faites par des membres éminents d'instances officielles (Mme Versini , défenseuse des droits de l'enfant , et Mme Debré, sénatrice) et envoyés sur place suite à ces "alertes" lancées par ceux qui vivent Mayotte au quotidien. Dire que la situation ne peut plus durer est une évidence. Ce dont Mayotte et ces enfants oubliés ont besoin, c'est d'une vraie prise en main. On ne peut pas admettre que dans notre pays, même si c'est à 10000 km de la métropole dans un petit coin perdu et si différent des us et coutumes occidentaux, des enfants vivent seuls, de vols et de bouts de cartons pour dormir. En regardant le reportage, j'avais l'impression de voir les images filmées dans les favelas ou dans ces pays du tiers ou du quart monde... Voilà une vraie honte de la République. Le gouvernement devrait donc "balayer" devant sa porte et prendre les choses en main....

 

Encore une fois, je ne connais pas la suite des événements, et je ne sais pas si les choses changeront. Je ne peux que l'espérer car même si je n'ai pas de pouvoir en la matière, je ne peux rester insensible et muette devant une telle situation. Alors, pour que ceux que cela intéresse puisse mieux comprendre, je poste divers lien concernant Mayotte et ce problème en particulier. Le premier est celui dont je parle dans mon article.

 

Les enfants abandonnés de Mayotte, article mediapart  link

Mayotte, Wiipédia link

Immigration clandestine à Mayotte, un recueil d'articles publiés dans un journal local Malango Actualités link

Clandestins à Mayotte, un article écrit par un bloggeur qui travaille pour un journal mahorais link

Mayotte: où est donc la République?, un article du site en ligne Millebabords link

 

Tag(s) : #Mes Billets d'Humeur