Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Aujourd'hui je vais vous raconter une histoire...

 

Pierre est un adolescent de 15 ans et demi qui a grandi dans un petit îlet charmant et pittoresque du cirque de Mafate sur la belle île de La Réunion. Pour tous les enfants qui grandissent dans cet endroit un peu coupé du monde puisqu'on n'y accède qu'à pied à Mafate, après quelques heures de marche, et qu'on y trouve pas de voitures, l'entrée au collège est une grande aventure. Jusque là, ils étaient restés entre eux, dans les quelques toutes petites écoles parsemées aux quatre coins du cirque où la classe est unique. Jusque là, ils avaint vécu avec leurs parents, comme tous les enfants, mais dans ce lieu si différent. Ils n'y sont pas nombreux; ils y courent dans les chemins sans risquer de se faire renverser par une voiture; ils ont comme décor des paysages dont la beauté est à couper le souffle; ils y sont réveillés par le chant des coqs et la lumière du jour; ils n'y connaissent presque que les bruits des Hommes qui s'interpellent, des oiseaux qui chantent au creux des arbres et des chiens qui aboient.... C'est une vie si étrange et différente à Mafate..... Alors quand vient le temps d'entrer au collège et qu'il faut rejoindre la grande ville, c'est un choc qu'on ne peut qu'imaginer si on s'en donne un peu la peine et qu'on ne connait cet endroit que parce qu'on aime s'y balader et aller y passer des week end toujours si riches de découvertes merveilleuses. Ces enfants qui vivaient au creux de leur cirque, bien protégés de la vie des autres, ils n'ont pas d'autre choix que d'aller s'installer chez de la famille qui a fait le choix d'aller vivre au rythme de ces autres, ou bien chez des étrangers que l'on appelle "famille d'accueil". Alors il faut les imaginer, ces enfants qui n'ont toujours vécu qu'au sein d' un  petit cercle de proches, au sein d'un espace à la fois vaste et sommaire. Il faut les imaginer dans une classe de 28 élèves, dans un collège de plus de 600, et dans une ville qui ne vit pas au rythme du soleil mais à celui de la vie que l'on dit être la vraie....

 

Il y en a encore qui les connaissent pourtant depuis longtemps ces enfants et qui ne comprennent pas qu'ils ne s'adaptent pas. Pensez donc! C'est inimaginable de vivre ainsi au 21ème  siècle! Et pourtant!

 

Pierre, lui, lorsqu'il est arrivé en 6ème, avait le visage poupon, le français plus qu'approximatif et l'air perdu. Il avait surement des rêves plein la tête comme tous les enfants. Mais comme tous ceux de Mafate, il était un peu paumé dans sa famille d'accueil, cette grande école et cette ville bruyante qui allaient être son nouveau cadre de vie pour les années à venir.

Enfin, c'est comme ça pour les enfants de Mafate.... Mais les enfants de Mafate, dans leur grande majorité, ils ne font pas que venir de là... Ils SONT de là. Cela veut tout dire. La plupart, ils ne veulent qu'une chose, c'est rester chez eux, rentrer chez eux, vivre chez eux. Ils vous disent très tranquilement que l'école et la vie en ville ils s'en foutent, eux, tout ce qu'ils veulent, c'est retourner vivre avec les oiseaux et au milieu des paysages sublimes. Alors quand ils ont 16 ans, que plus personne ne peut leur imposer de descendre les chemins pour rejoindre le collège, ils y restent dans leur cirque. Bien sûr ils y sont sans formation, ils y vivent avec peu et simplement, mais ils y sont heureux....

 

Pierre, lui, il n'est pas très passionné par les études. Il veut lui aussi rentrer à Mafate. Mais il veut y rentrer après avoir appris un métier. On ne sait pas trop, nous, à quoi ça lui servira là-bas, mais lui il veut et c'est bien là le plus important. Un enfant de Mafate qui ne veut pas abandonner l'école, c'est assez rare pour qu'on le motive malgré ses difficilutés!

Mais alors là, depuis le début de cette année scolaire, même si Pierre n'a pas encore tout à fait 16 ans, il ne peut plus venir au collège et... tout le monde s'en fout... Sa famille, mais cela n'est pas le plus grave car c'est encore une fois la mentalité mafataise qui ne doit pas être chocante; mais aussi ses éducateurs et les pouvoirs publics. Oui, oui. Se sont même par la faute de ces pouvoirs publics que Pierre ne peut plus aller à l'école... Alors vous pensez bien qu'ils s'en foutent. Il faut savoir que jusqu'à ce début d'année scolaire, un organisme privé contrôlé par le Conseil Général était chargé de s'occuper de ces enfants, de leur scolrisation et de leur placement en famille, de la rémunération de celles-ci. Et puis, à la rentrée 2012, le conseil général a décidé qu'il reprenait seul ce travail. Pourquoi? Personne ne sait. Ce qu'on sait en revanche c'est que depuis, plus assez de familles d'accueil, et pour celles qui restent de gros problèmes de paiment de leurs frais qui font qu'elles même se désolidarisent à juste titre du système. Et pendant ce temps là, des dizaines d'enfants ne peuvent plus aller à l'école s'ils n'ont pas la chance de pouvoir être accueillis en urgence par des membres de leur propre famille vivant dans les bas. Après les vacances de noel, la situation sera pire, les éducateurs ont déjà prévenu, car les contrats de plusieurs familles d'accueil ne seront pas renouvelés.

 

.......

 

A côté de cela, dans les établissements scolaires, nous sommes tenus par la loi de signaler à l'Inspection Académique l'absentéisme de ces enfants qui ne viennent plus à l'école.

Oui..... On marche sur la tête, vous avez raison de le penser....Et cela dans l'indifférence générale car encore une fois ce ne sont pas les familles mafataises qui se rebelleront. Tout cela au mépris de dizaines d'enfants qui pour la plupart ne comprennent même pas les enjeux de cette déscolarisation. Tout cela, enfin, très certainement pour une histoire d'argent et politique qui nous dépasse.... Mais quelle aubaine de pouvoir économiser sur le dos de ceux qui ne se rebelleront pas! C'est une chance qu'il ne faut pas laisser filer! Hein?!

 

Pierre, lui, à 15 ans et des poussières; ces poussières là elles aident bien les décideurs... il sait à peine lire. Mais il avait des rêves dans la tête: il voulait apprendre à "faire" de la pâtisserie.... Il a 15 ans et des poussières, plus personne ne se battra pour lui afin qu'il réalise ce petit rêve là. Alors bien sûr, il restera dans son beau cirque, ne sera surement pas malheureux et ne viendra pas déranger le sommeil de grand monde. Mais Pierre, il est l'exemple même de tous ces enfants que pour des raisons diverses et quoi qu'il en soit inacceptables sont sacrifiés dans nos écoles au nom d'économies hypocrites et de batailles politiques écoeurantes.

 

Je l'ai dis. Ca ne changera rien au problème, mais ça permettra que dans un petit coin d'un petit blog sans prétention on se souvienne toujours de Pierre et de ces dizaines d'enfants qui ont des sourires qui font du bien, ne demandent pas grand chose pour être heureux, et sont pourtant méprisés sans aucun complexe par ceux qui se font une Haute idée de la France qu'ils dirigent.

 

N.B. Pierre existe. Il ne s'appelle juste pas Pierre. Je n'ai pas donné le prénom de cet adolescent dont je parle ici car peut être que des personnes qui le connaissent tomberont un jour sur ce petit billet. Alors je sais qui est Pierre, certains de ceux qui me liront comprendront de qui je parle, mais lui restera anonyme....

Tag(s) : #Mes Billets d'Humeur