Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

DSCF2853

Il y a un petit moment que je n'ai pas parlé de mes lectures. C'est essentiellement dû au fait que ces derniers temps, je lis un peu moins que d'habitude, mon temps étant très compté. Et puis il se trouve que je n'ai pas eu de coup de coeur ou d'envie de partager ce que j'ai lu ces dernières semaines.

J'ai envie de toi, ce roman de Federico Moccia, je vous le dis desuite me laisse perplexe, et c'est davantage pour cela que j'en parle. A la lecture de la quatrième de couverture, je me disais que j'allais adorer: le retour d'un quadra beau à se damner bléssé par l'amour dans sa ville d'origine où il était une légende et qui rencontre une très jeune femme dont il finit par tomber amoureux. On présente ce roman comme "le roman culte de toute une génération en italie".....

Oui....

J'ai beaucoup aimé les premières pages: une intrigue bien posée, une présentation du héros qui le rend attachant malgré son côté italo macho cliché mais qu'on aime bien malgré tout... oui, l'entrée en matière est sympa. Mais rapidement, j'ai trouvé que l'histoire se "brouillonise". J'avoue qu'il y a des moment où j'ai "lâché". Et puis pendant quelques pages l'intérêt revenait... Et puis Pfffffffffffffffffffffffff......

Très étrange comme sensation.

En fait je pense que j'ai trouvé ça poussif. Je ne sais pas trop en fait où l'auteur voulait nous menait, je n'ai pas trouvé d'intérêt à cette histoire, si ce n'est quelques passages bien écris, mais j'étais contente d'avoir fini et de passer à autre chose.

Je n'aime pas faire de critique négative, mais je l'ai faite parce qu'encore une fois je suis partagée. Je ne peux pas dire que je n'ai pas aimé quand même car il y a vraiment des choses intéressantes dans cette histoire là, une vraie écriture notamment.

Alors faites vous votre idée, et donnez moi votre avis si vous l'avez lu.

 

"J'adore dire "non", et j'adore aussi dire "jamais". Putain, j'adore le dire pour toi, pour ce qu'a été notre amitié. Parce que c'est une certitude. C'est ma certitude. Je t'imagine déjà en train de rigoler. Tu dois bien te foutre de moi, hein? Et en fait, non, je le sais. Si je t'avais tenu ce discours alors qu'on était quelque part tous les deux, tu aurais fini par te moquer de moi. Mais comme tu ne peux pas me répondre...." J'ai envie de toi, Federico MOCCIA, ed. Livre de Poche

Tag(s) : #littérature