Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

imagesCACS9BZG

Sujet du jour: le foot... J'ai sûrement eu le sentiment qu'on n'en parlait pas assez ces jours-ci et qu'il n'y avait pas de sujets plus intéressants et plus importants comme les élections présidentielles en Egypte ou la mort d'en enfant dans un établissement scolaire.... Non, il n'y a pas plus important que le football depuis 15 jours, ce sport pratiqué par des demi-dieux qui vivent dans un monde parralèle.... Une fois sur 3, c'est même le reportage d'ouverture du journal télévisé....

 

Alors depuis quelques jours, nous avons les différents épisodes de la saga des bleus, ces grands messieurs qui ont tous des rôles bien définis et aussi parfaitement répétés. On aurait d'ailleurs presque envie que ce ne soit qu'une comédie tellement c'est triste et pitoyable. Dallas version sport, sans la gloire dont ils n'ont que faire puisqu'ils ont les millions et que c'est bien suffisant dans le monde où ils vivent... Mais non, ce n'est pas une série télévisée, c'est une série ancrée dans la réalité, la réalité du monde des footeux...     

 

Nous avons donc en épisode 1 les bleus à l'entrainement, avec une toute petite poignée de supporters triés sur le volet pour avoir l'honneur immense de les regarder donner des coups de leur formidable pied magique assuré pour des millions d'euros dans un ballon; ensuite, épisode 2 nous avons le choix: soit le joueur bien (dé) concentré sous son casque bien voyant et bien cher raccord avec sa nouvelle coupe de cheveux qui fera à n'en pas douter un malheur lors de la prochaine sortie en boite prévue le soir même; ou alors, nous avons le joueur mâchant ostensiblement son chewing gum afin certainement de calmer ses angoisses lorsqu'il se demande si la prime de match de 100000 euros qu'il est censé toucher pour avoir remporté son 1/4 de finale tombera ce jour ou le lendemain (on a aussi le joueur qui fait les deux... si si, ce modèle là existe aussi....); et puis, en épisode 3, le joueur qui a gagné de manière pitoyable le fameux match qui lui a permis de remporter 100000 euros et qui ne comprend absolument pas pourquoi son "enc..!!!" d'entraineur vient l'"emm..er!!" lorsqu'il envoie des sms pendant que ce dit entraineur zélé de vouloir faire son boulot tente de faire le point... Non mais, c'est bon, le contrat est rempli quand même, ils l'ont gagné le match, comment?? on s'en fout!!!! en épisode 10 (j'en passe hein parce que comme dans toutes les sitcoms même si on loupe un épisode on comprend parfaitement l'histoire....), un des héros de la série, celui qu'on dit être un prodige et qui l'est certainement mais a oublié en route que l'humilité rend les surdoués encore plus beaux et surtout aimables (au premier sens du terme de ce mot qui veut tout dire), est bien fier de prouver non pas comme il le dit si bien en manquant lui-même de respect à sa famille qu'il est mal élevé mais tout simpelement stupide et ridicule. Non mais vous rendez vous compte??? Les journalistes osent nous poser des questions après le match? Quel manque de tact!!!

 

Je vous rappelle messieurs les footballeurs, que je ne connais pas un sport dans lequel les journalistes n'interrogent pas AUSSI les perdants, surtout quand ces perdants représentent le pays pour lequel ils couvrent l'événement, et je connais très peu d'autres sportifs qui dédaignent à ce point le public. L'athlétisme, le tennis, le rugby, pour d'autres sports plus ou moins médiatisés, à chaque fois on interroge les joueurs, et à chaque fois ils prennent le temps de répondre, même s'ils sont déçus, même s'ils n'en ont pas envie... Je vous rappelle que vous le DEVEZ au public, et puis de manière plus pragmatique vous le devez à vos sponsors qui vous payent des ponts d'or... Alors est ce que j'en rajoute en parlant de votre arrivée dédaigneuse à l'aéroport, attendus par des supporters et des enfants sous la pluie pendant des heures, qui n'ont pas même eu droit à un regard? (merci aux deux joueurs qui n'ont pas suivi ce troupeau) Non... je n'en parle pas, messieurs, je vous laisse à votre conscience qui malheureusement ne doit pas être bien écornée.

 

Pour tous ces épisodes si rondement menés, si bien joués, je ne vous dis pas merci messieurs les dieux du football qui donnent de la France une image hautaine et dégradée. L'amour du maillot, l'honneur du pays pour lequel vous êtes censés jouer, vous avez depuis longtemps oublié ce que c'est, trop obnubilés par les contrats que vous passez votre temps à signer. Non, vous, vous ne jouez pas pour le pays et les supporters qui vous aiment, vous jouez pour les cachets que chaque match que vous disputez vous rapportent. Je ne suis pas une patriote devant l'éternel, mais j'ai des valeurs, et je passe en plus mes journées à travailler avec des ados qui grâce à vous notamment se disent qu'il n'est pas nécessaire d'être poli, sympathique, respectueux de son prochain et de ceux, même anonymes, qui vous aime pour avoir de belles maisons, de belles voitures et de bien belles grosses montres au poignet.  Je ne vous dis pas merci pour laisser croire à ces gosses que toutes les valeurs qui font que les Hommes sont dotés d'une intelligence supérieure ne sont que de pauvres concepts qu'on écrase du pied.

 

Alors, je sais bien que ce billet ne sera lu par aucun d'entre vous, messieurs les dieux du football, de la France de laquelle vous n'avez que faire, du monde que vous croyez à vos pied,  mais je laisse cette pensée comme une trace d'une pauvre anonyme qui aime le sport et ses vrais héros, ceux qui la font vraiment rêver, qui lui font briller les yeux et qui laisseront une trace respectable pour l'éternité. Vous n'en êtes pas, messieurs les dieux des terrains, et n'en serez jamais... Vous n'en avez que faire? Peu importe, je ne perds rien...

Tag(s) : #Mes Billets d'Humeur